Voter RN pour battre Macron?

La « ligne Kotarac » commencerait-elle à faire recette ? Ceux qui ne voient rien en dehors des élections, identifiées à tort avec la démocratie, font des européennes du 26 mai un « référendum contre Macron ». Logiquement l’idée de voter RN contre Macron s’est répandue, même chez des gens habituellement mieux inspirés : plutôt qu’éparpiller ses voix sur des gens qui n’ont aucune chance de battre la liste conduite par Emmanuel Macron – puisqu’en effet c’est la photo du président qui est en tête du matériel électoral de sa « société du 10 décembre » – il faudrait voter, au nom du souverainisme pour la liste du RN de Bardella-Le Pen. Cette situation est révélatrice de la grave confusion politique. Entre refuser de « diaboliser le FN/RN », refuser d’en faire un parti « fasciste », voire « nazi » et appeler à voter pour lui il y a un gouffre.

Pour nous, il y a d’abord une frontière de classe ! Le RN est un parti bourgeois réactionnaire, défenseur de la propriété capitalise, hostile aux droits sociaux des travailleurs, hostile à l’augmentation du SMIC et partisan d’un État autoritaire. Sur tous ces points d’ailleurs, il est assez proche de LREM dont il ne se distingue en vérité que par la rhétorique et quelques nuances cosmétiques en vue d’attirer « le populo ».

En second lieu, le RN n’est pas du tout un parti anti-UE. Philippot voulait sortir de l’UE et de l’euro, mais il a été congédié et Marine Le Pen accepte à nouveau la discipline de l’UE et celle de l’euro. Rappelons d’ailleurs que le FN de Le Pen père était résolument un parti européiste, conformément au libéralisme économique qu’il prônait et que le RN continue de défendre mezzo voce.

En troisième lieu, le RN n’est pas un parti patriotique. Ses origines lointaines sont le FN issus des rescapés du PPF doriotiste et les partisans de l’OAS. Parmi ses héros, les gens qui ont tenté d’assassiner De Gaulle. Tout cela est du passé, nous dira-t-on… Mais il n’y a pas à gratter beaucoup pour voir ressurgir ce passé. Quoi qu’il en soit, confondre le FN avec le gaullisme de la résistance, c’est une terrible forme d’aveuglement.

Enfin, le RN appartient à une incohérente nébuleuse de partis dits « nationalistes » mais qui sont tous partisans de l’alliance américaine et vont parfois chercher leur argent chez Poutine… Toutes les auges sont bonnes. Mais donc tout cela n’a rien à voir avec la souveraineté nationale.

Défendre la souveraineté et vouloir battre Macron en votant RN, c’est se tirer une balle dans le pied et préparer un deuxième mandat pour Macron. Alors, non, merci !

Denis COLLIN – 21 mai 2019

Partagez

Laisser un commentaire