Quelques enseignements pour atteindre les 4,7 millions pour un référendum sur ADP…

Après avoir dépassé les 10% du corps électoral à Breil sur Roya, première commune de France de plus de 1500 votants à avoir atteint ce résultat, quelques enseignements qui peuvent être utiles pour la poursuite d’une campagne qui pour aboutir doit être sérieusement amplifiée.

1ere leçon:

Nombreux pensent avoir déjà signé, notamment sur des sites du type change.org lorsque plusieurs pétitions demandaient que la démarche référendaire soit engagée. 

Attention, ces signatures ne comptent pas.

Seules sont prises en compte celles qui sont enregistrées sur le site officiel à l’adresse suivante:

www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1

2ème leçon:

La signature demande une activité militante « à l’ancienne ». Internet ne peut en effet se substituer au contact direct. Le formulaire est en effet compliqué à loisir et rend la démarche compliquée. 

3ème leçon: Sur le plan politique

Il est important de donner le contenu de cette campagne qui dépasse de loin la seule question des aéroports de Paris.

a/ La privatisation d’ADP illustre la volonté du gouvernement d’Emmanuel Macron et Edouard Philippe dans la foulée des directives de l’UE de s’attaquer aux services publics en général. Derrière ADP sont programmés les barrages hydroélectriques, l’énergie, la santé, les transports…

Signer pour gagner le référendum sur ADP, c’est se donner les moyens de dire non à cette politique, non à Macron, non à l’UE…

b/ Les effets de la privatisation d’ADP sont déjà perceptibles: A Toulouse par exemple, l’aéroport privatisé avec l’appui actif du ministre de l’économie de l’époque, Emmanuel Macron, a permis à l’actionnaire chinois de siphonner les dividendes et d’’encaisser environ 200 millions d’euros dans une revente juteuse. 

c/ ADP est bénéficiaire. Sa privatisation revient à accomplir dans les airs ce qui aura été achevé sur terre avec les autoroutes. Privatiser pour permettre aux copains de s’en mettre plein les poches sur le dos de la collectivité. Ni plus, ni moins.

d/Gagner le référendum revient à prolonger sur le terrain des urnes ce que les gilets jaunes ont entrepris depuis novembre 2018 pour défaire ce gouvernement, gagner sur le terrain démocratique et social.

e/Le contenu de cette campagne est simple: il s’agit de s’opposer de la vente à la découpe de la France et de défendre ce qui notre souveraineté attaquée par les privatisations et le bradage de notre bien commun.

4ème leçon:

Nombreux sont les partis, syndicats ou associations qui se déclarent favorables à cette campagne. Mais sur le terrain, ils ne mettent que peu leurs actes en accord avec leurs paroles. Aussi il nous revient d’inviter avec insistance tous ceux qui peuvent peser à entrer en action. Partis, syndicats, élus, associations, militants, il est temps de s’y mettre sans relâche. Il est possible d’obtenir le référendum, mais cela dépend de nous. 

Le CNSJS a pour particularité de tout faire pour que l’unité s’impose pour gagner le référendum, sans esprit de chapelle, sans sous entendu diviseur, sans volonté de récupération ou partisane.

Concernant la bataille militante:

a/ Par groupe de trois ou quatre, il faut prendre possession des lieux publics, marchés, gares, métros, places de façon régulière et sans hésitation. Il faut devenir un point fixe sur les points choisis. Jour après jour, semaine après semaine, les passants s’habituent, viennent, discutent, signent…

b/ L’équipement consiste en:

-une table

-deux chaises ou tabourets

-un ordinateur portable

-un téléphone portable permettant une connexion internet.

c/ Pendant que deux ou trois accrochent, argumentent, dirigent vers la table, celui qui est chargé de l’ordinateur et de la connexion internet remplit les formulaires. Pour cela il est impératif que les signataires soient munis soit de leur carte d’identité, soit de leur passeport car le numéro de la pièce d’identité est le seul qui garantit la signature. (le permis de conduire ne fait pas office de justificatif). 

d/ Nous avons déjà indiqué sur notre site une marche à suivre. Pour récapituler et compléter:

-sur la première page « Déposer un soutien à une proposition de loi référendaire », cocher le cadre  

« je soutiens ».

Puis suivant

-indiquez où vous votez, france ou étranger.

-indiquez votre département de vote.

Attention: en cliquant sur « choisir » apparait un déroulant. C’est dans ce déroulant qu’il faut cliquer sur le département.

-indiquez votre commune de vote: en tapant les premières lettres, apparait un déroulant. Là aussi, c’est dans ce déroulant qu’il faut choisir. Si on tape la commune sans passer par le déroulant, ça risque de coincer…

-Mettre votre nom en majuscule.

Pour les femmes, il faut indiquer non pas le nom de mariage, mais le nom de « jeune fille ».

-Indiquez vos prénoms. 

La première lettre en majuscule.

Un simple espace entre chaque prénom sans aucune ponctuation.

Tous les prénoms sont indispensables.

En cas de prénom composé, respecter la majuscule pour chacun et le trait d’union s’il y a lieu.

Veillez à bien respecter l’orthographe et l’ordre des prénoms.

-indiquez votre sexe.

-indiquez votre date de naissance en utilisant les déroulants.

-indiquez votre pays de naissance en utilisant le déroulant.

-indiquez votre département de vote en utilisant le déroulant.

-indiquez votre commune de vote en utilisant le déroulant.

Si vous êtes né à l’étranger, il n’y a pas de commune à indiquer, juste le pays.

Cliquez sur suivant

Sur cette nouvelle page, s’il vous est indiqué qu’il existe une erreur, sans jamais vous dire d’ailleurs laquelle, il s’agit sans doute des prénoms. Vérifiez. Il se peut que l’état civil et les listes électorales ne correspondent pas. Il faut alors bidouiller, notamment en supprimant un prénom, ou en vérifiant l’orthographe…

Si de nouveaux renseignements vous sont demandés, il faut répondre:

-cochez carte d’identité ou passeport

-indiquez le numéro de la pièce indiquée

-indiquez sa date de délivrance. 

Pour la carte d’identité elle se trouve au dos. (attention, ne pas confondre avec la date de d’expiration)

Pour le passeport, sur la page principale.

-indiquez le département de délivrance (utiliser le déroulant)

-indiquez votre mail. Si le signataire n’en n’a pas, indiquez le votre. Le récépissé de la signature arrive dans l’ordinateur qui a permis de signer, quel que soit le mail indiqué.

Cliquez sur « validez votre soutien »

Enfin, apparait un code qu’il faut recopier avant de cliquer. Si vous vous trompez, pas de panique. Un autre apparaitra. Il sert à justifier que vous n’êtes pas un robot.

Enfin

cliquez sur télécharger votre récépissé

Et l’opération sera terminée. Au suivant….

Remarque:

Cela semble compliqué, et ça l’est. Mais ce n’est pas insurmontable. Nous y sommes arrivés à Breil sur Roya, alors partout c’est possible. Il faut s’y mettre, persévérer, associer, imposer l’unité…

Cela dépend de nous.

Partagez

Laisser un commentaire