Lettre aux gilets jaunes

Accueil Forums Général public Lettre aux gilets jaunes

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Avelone78, il y a 6 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #551

    Avelone78
    Participant

    Mes chers gilets jaunes,

    Juste cette petite intervention pour vous soumettre ces quelques réflexions qui me sont venues en guise de bilan sur notre mouvement depuis son démarrage.
    A partir des ronds-points, nous sommes tous unis sur le RIC, parce qu’il est l’outil indispensable à la réalisation de l’ensemble de nos revendications par nous-mêmes et pour nous-mêmes. Ces justes revendications concourent à l’augmentation du pouvoir d’achat et d’une façon générale prétendent organiser la société sur de nouvelles bases où chaque citoyen sans exclusive pourra faire droit à sa volonté de vivre dignement, du berceau à la retraite. Remarquons au passage que les syndicats sont partie intégrante de ces réalisations. Bien qu’ils conservent toutes leurs prérogatives d’organisation, ceci nous autorise à affirmer qu’avec eux, nous pouvons marcher séparément, mais frapper sur le meme clou, au moins ensemble et en meme temps.
    Comme tout système de gouvernement d’une société, le RIC doit avoir son mode de financement et c’est à raison qu’il s’accompagne de la maitrise de la monnaie en service public démocratique. C’est dire combien nous sommes pacifiques, parce que cette transition aura d’autant plus d’efficacité et de succès qu’elle se fera sans le chaos, étant donné que l’existence de la monnaie repose sur la confiance et le droit.
    Bien évidemment, pour l’heure, nous sommes donc confrontés à un problème de démocratie auquel nous allons devoir présenter des propositions à l’intelligence collective des gilets jaunes.
    La première d’entre elles, c’est de bien se rendre compte qu’il est impossible d’obtenir de ceux qui détiennent le pouvoir, de nous le concéder gentiment après avoir manifesté pacifiquement pour la énième fois. Ce n’est pas un appel à la violence, c’est un constat.
    Comment donc s’y prendre, puisque nos pacifiques demandes ne font qu’échouer vers les constituants de la République qui se font élire comme grands rassembleurs de la nation. Je veux parler des députés dont l’immense majorité sont des ardents défenseurs de la liberté, c’est-à-dire de leur propre liberté face à leurs mandants.
    En effet, la République leur prévoit un mandat représentatif qui possède la caractéristique d’être général, libre et non révocable. C’est-à-dire que le représentant peut agir en tous domaines à sa guise car il n’est pas tenu de respecter les engagements qu’il aurait éventuellement pris devant ses mandants.
    Pour ceux qui ne seraient pas convaincus, l’article 27 de la Constitution de la Ve République française (promulguée en 1958) précise : « Tout mandat impératif est nul. Le droit de vote des membres du Parlement est personnel. ».
    Pour autant, les gilets jaunes n’ont pas mis en avant le mandat impératif qui procède de la délégation à une ou plusieurs personnes contrôlées pour exercer et rendre compte du mandat qui leur a été confié afin que les mandants soient en lien direct avec le mandat posé, et suivent ainsi la réalité et l’efficacité du mandat.
    Jusqu’à maintenant, notre démocratie de gilet jaune est servie à la fois par les réseaux sociaux, rendant l’information à portée de tous, et par des ‘porte-paroles’ dans les médias. C’est notre force puisque le pouvoir ne peut pas exercer sa capacité de répression ou de corruption sur les ‘’chefs’’, comme il s’y entend. Mais c’est aussi notre faiblesse pour affronter un appareil d’état centralisé et puissant.
    La question qui nous est posée, est donc de rendre intelligible à l’ensemble de nos concitoyens ces principes de nouvelle société afin qu’ils continuent de nous soutenir majoritairement, ce qui nous rend plus légitimes que n’importe quel monarque républicain.
    Nous voyons bien que nous devons affiner la question du pouvoir que nous avons résumée brièvement par ‘’Macron Démission’’.
    Je propose que soient discutés dans tous les ronds-points l’établissement d’un mandat national, instruit et porté par des experts de circonstance, sans qu’ils tirent une quelconque pérennité de leur rôle, ni aucune autorité sur n’importe quel citoyen, mais restent placés autant que de besoin sous la protection de l’ensemble des gilets jaunes.
    Quel chemin les gilets jaunes doivent-ils emprunter pour hisser le peuple au niveau de prétendant au pouvoir, sans demander la permission aux parlementaires ?
    D’abord, il faut régler le cas du président de la République, qui concentre tous les pouvoirs, mais qui tire sa légitimité, quand tout ne va pas comme sur des roulettes, du referendum. Actuellement, il s’en garde bien, meme s’il est le seul habilité à en formuler le sujet. Par conséquent, nous sommes fondés à décréter qu’il n’est pas plus légitime que les 14% qu’il a obtenu au premier tour. Sans sa couverture ‘’démocratique’’ parlementaire, il ne tiendra pas deux minutes de plus sur son piédestal jupitérien.
    C’est justement sur ce terrain médiant que constituent les circonscriptions que peut se confronter le pouvoir d’en bas et celui d’en haut :
    Nous devons aller trouver tous les députés porteurs de leur mandat représentatif, pour leur demander s’ils confirment ou non, qu’ils ont le droit moral de ne pas etre tenus de respecter ses engagements envers leurs mandants.
    A cette étape, il n’est pas utile d’en demander davantage, car c’est la pierre d’achoppement de toute la situation qui va s’ouvrir à partir du résultat obtenu par l’ensemble des GJ, agissant en meme temps.
    Nous publierons les réponses, ce qui donnera une vision à l’ensemble de la société pour la convaincre de nous rejoindre, ou du moins nous soutenir très majoritairement, en lui donnant à comprendre qu’il n’apparait aucune issue positive à cause de ce pouvoir sans partage qui n’a que la violence et la calomnie à nous opposer, aussi longtemps que le mandat représentatif existera.
    Pour terminer, et pour que ma proposition soit bien comprise, je rappellerai que c’est de leur propre chef que les députés de la 4ieme République ont transmis leur pouvoir au Bonaparte De Gaulle en 1958 et que c’est en lui ôtant la couverture ‘’démocratique’’ parlementaire de la 5ieme République que le monarque Macron perdra le sien.
    Vive le pouvoir par le peuple et pour le peuple.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.